Généralement, le taux de réussite dans le crowdfunding est important

Cet investissement participatif ne cesse d’attirer les regards, car les points forts sont multiples. Les campagnes sont relayées grâce à la puissance des réseaux sociaux, ce qui explique le taux de réussite qui est généralement assez haut.

En Belgique, le phénomène de l’investissement participatif ne connait pas la crise

Que ce soit pour le domaine de la santé, du high-tech ou encore de l’économie, le crowdfunding suscite un engouement de taille. En France, le phénomène connait un certain succès, mais il est aussi au rendez-vous aux États-Unis et surtout en Belgique. Selon une étude, deux habitants sur trois ont déjà eu vent d’une campagne liée à ce secteur, ils sont même 8% à avoir franchi le cap en effectuant un don.

Des cagnottes nécessitent dans la plupart des cas près de 6500 euros

L’investissement participatif est donc une technique séduisante puisque les internautes n’hésitent pas à donner près de 50 euros pour soutenir un projet. D’autres chiffres nous montrent qu’une campagne nécessite généralement 6500 euros, mais certaines sont beaucoup plus importantes. Il n’est pas rare que la cagnotte affiche plus de 10 000 euros, mais cela peut être en lien avec le développement d’un objet qui demande une production intense. Lorsque l’on s’attarde sur le taux de réussite, nous comprenons qu’il est plus intéressant de se rapprocher du crowdfunding que des banques traditionnelles.

Une réussite qui s’articule autour de 60 %

Elles sont beaucoup plus frileuses pour accorder un prêt, il est nécessaire d’avoir un dossier solide, des garanties ainsi que des revenus confortables. Comme ce profil n’est pas toujours au rendez-vous, nombreux sont ceux qui se tournent vers cet investissement participatif. D’ailleurs, le taux de réussite avoisine près de 60% pour certaines plateformes. L’avenir de ce concept est donc clairement positif, car des internautes sont prêts à donner de l’argent sans pour autant connaitre les créateurs.

Visiter le site internet